Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les acteurs économiques de la ruralité, les éleveurs et agriculteurs, attendaient sans doute un autre discours et d'autres réponses. Las, en visite au Salon de l’Agriculture, Manuel Valls s'est à nouveau livré à une diatribe contre le Front National. Le premier ministre a ainsi estimé que "les valeurs des agriculteurs étaient aux antipodes de celles du Front National". De passage, Alain Juppé a repris à son tour la même antienne, "alertant" sur les dangers du vote FN. La réalité est que Valls et Juppé ne connaissent sans doute ni ce que sont les valeurs des agriculteurs, ni ce que sont celles des patriotes du Front National. L'enracinement, le sens de la transmission, le goût du travail, la défense d'une écologie responsable; ces valeurs du monde rural, héritées de notre vieille nation de paysans, seraient donc portées par l'UMPS ? Quelle vaste plaisanterie ! Du démantèlement des quotas laitiers aux conséquences sur nos produits agricoles des sanctions de Bruxelles contre la Russie, en passant bien entendu par le libre-échangisme fou et le dumping social qui en résulte, ce sont les Valls, Juppé, mais aussi les Beulin (le patron de la FNSEA ayant aussi poussé sa chansonnette anti-FN dans les colonnes du Monde), qui sont les responsables ou les complices de la situation dramatique dans laquelle se trouve notre agriculture ! Et aujourd'hui, ceux-là viennent nous expliquer que ce serait l'Union Européenne qui maintiendrait nos exploitants en vie (alors que nous récupérons dans le cadre de la PAC une très faible partie de la contribution annuelle de la France à l’UE)... Les uns comme les autres ne comprennent pas que nos agriculteurs ne veulent pas survivre grâce à des subventions mais vivre de leur travail, avec fierté et dignité. Les uns comme les autres ne comprennent pas que la France de la ruralité ne veut pas devenir une annexe des mégalopoles (où on envoie désormais les clandestins que l’on ne parvient plus à loger dans les grandes villes). En défendant les petites communes, le maintien et le renforcement des services publics de proximité, le retour à la liberté monétaire, une politique économique protectionniste et une relocalisation de la production, le Front National est bien le seul mouvement qui défende aujourd'hui non seulement les valeurs de la ruralité mais aussi son avenir. Les exposants et participants au Salon de l’Agriculture ne s’y sont pas trompés, en réservant un accueil fabuleux à Marine Le Pen

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :