Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blanc-Mesnil, jeudi soir. les militants ont participé à l’unique meeting d’avant 1er tour du FN dans le 93 en présence de Wallerand de Saint-Just, la tête de liste francilienne. A droite Jordan Bardella, tête de liste dans le 93. (LP/S.T

Le Blanc-Mesnil, jeudi soir. les militants ont participé à l’unique meeting d’avant 1er tour du FN dans le 93 en présence de Wallerand de Saint-Just, la tête de liste francilienne. A droite Jordan Bardella, tête de liste dans le 93. (LP/S.T

Sur la banderole une question: «les banlieues, abandonnées à la racaille?» et une réponse: «la sécurité, première des libertés!». Le ton était donné ce jeudi soir lors du seul meeting du FN au Blanc-Mesnil pour les régionales.




Devant environ 70 militants, assis sagement, la tête de liste FN Wallerand de Saint-Just a donc dressé un portrait particulièrement noir des banlieues de la Seine-Saint-Denis. «En 10 ans, la vie dans les banlieues a empiré», lâche-t-il.


Le candidat s'est attaché à lister, chiffres à l'appui, tous les maux des cités dites sensibles. Et, selon le parti, ils sont nombreux. Du taux de chômage chez les 15-24 ans au seuil de pauvreté chez les moins de 18 ans, Wallerand de Saint-Just aligne les statistiques plus alarmantes les unes que les autres. Mais son domaine de prédilection reste les trafics de drogue. «Dans un reportage, j'ai vu qu'à Saint-Ouen malgré les zones de sécurité prioritaires, les affaires prospèrent, attaque-t-il. On voit souvent un grand type, équipé d'un gilet pare-balle qui vient ramasser l'argent des points de vente au volant de son Audi noire. Ce n'était pas comme ça avant». Avant de reconnaître :«Bon, le conseil régional n'a pas de compétences en matière de sécurité, mais je voulais quand même en parler».


Deuxième thème de prédilection: tirer sans modération sur Claude Bartolone, tête de liste PS et Valérie Pécresse, tête de liste LR. Pour le premier, il s'est largement appuyé sur le rapport de la cour des comptes qui épingle sa gestion alors qu’il était président du conseil général du 93. Quant à la seconde, il s'est moqué de ses propositions «liberticides» de dépistage de cannabis dans les lycées ou encore de l'obligation d'avoir une carte d'identité dans les transports. «La dernière fois qu'une telle mesure a été prise, c'était pendant Vichy», assure-t-il. La dernière parti du discours, c’est un listing des différentes propositions du FN : «Il y en a 80 pages, on a beaucoup bossé», martèle-t-il.


Avant lui, c'est le secrétaire départemental, Jordan Bardella, qui s'est chargé de chauffer la salle. Du haut de ses 20 ans, le jeune homme n’a pas hésité à utiliser des formules chocs pour transmettre son message. «Nous ne voulons plus du black-blanc-beur mais du bleu-blanc-rouge», «le ministre de la Justice est devenu le ministre de l'injustice», ou encore, «les cités sont devenues les parcs d'attraction pour délinquants», il avait déjà planté le décor.


Galvanisé par ses résultats aux dernières européennes où le FN est arrivé en tête dans 60% des villes du département, le parti de Marine le Pen espère bien créer la surprise. Et ce n'est peut être pas un hasard si son meeting national de l'entre deux tours aura lieu... en Seine-Saint-Denis.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :