Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

histoire de l'hopital de Gonesse   Depuis 800 ans il y a un hopital sur le secteur.

L'Hotel Dieu fondé en 1208

La fondation de lʼhôtel-Dieu remonte au 26 septembre 1208. Robert, évêque de Bayeux confirme que Pierre de Theilley et sa femme Aveline de Saint Cyr ont donné des terres à Gonesse pour la construction du bâtiment.

Dan cet établissement on doit lʼhospitalité aux personnes pauvres ou malades, hommes, femmes, enfants ou vieillards., c'est l'une des des conditions posées par Gauthier de Gonesse en contrepartie dʼun don dʼune partie de ses terres en 1213 .

Au Moyen-Age, à Gonesse, on compte une salle des malades divisée en deux, un dortoir pour les religieux, des cuisines, une cave et une chapelle.

A la veille de la Révolution, lʼhôtel- Dieu est lʼun des plus puissants propriétaires terriens de la région.

Lʼensemble des religieux qui y servent,abandonnent leurs biens au profit de celui-ci. Au XVIIIe s., les soeurs de la Charité de Saint Vincent de Paul administrent les soins aux malades et assurent aussi lʼécole pour les enfants.

Le bâtiment de 1841

Deuxième grande étape de lʼhistoire de lʼhôpital de Gonesse, le nouveau bâtiment et sa chapelle construits en 1841, sur lʼemplacement dʼune ferme appartenant à lʼhôtel-Dieu.

En 1839, le constat avait été fait de lʼétat de délabrement du bâtiment accueillant les malades.

Les besoins en termes de soins sont de plus en plus importants et les techniques médicales évoluent.

Le patrimoine foncier de l'hospice est florissant et permet la construction de ce nouveau bâtiment, de son parc et de ses annexes.

N'oublions pas que le XIXe siècle est aussi marquée par l'arrivée du chemin de fer, ligne nord.

Plusieurs métiers coexistent : un receveur, un économe, un chirurgien, des soeurs hospitalières et des infirmiers.le chirurgien visite les malades tous les matins, les soeurs hospitalières administrent les médicaments.

Une évolution permanente : durant tout le XIXe siècle divers bâtiments ont été construits répondant aux évolutions de l'hôpital.

On ajoute au fur et à mesure différents pavillons : en premier Claret, qui à l'époque s'appelle Saint Vincent, puis Destors qui est nommé "pavillon des pensionnaires", ensuite Brocquet qui semble être nommé Saint Pierre, enfin Lecoq Dumesnil et Laverne.

Le bâtiment Broquet est réservé à la chirurgie, Claret à la maternité, Destors à l'hospice des personnes âgées, le pavillon Lecoq Dumesnil, aux visites privées des docteurs.

L'acceuil des malades et visiteurs se fait dans l'un des pavillons d'entrée bordant le portail. Ils ne seront détruits qu'après 1975.

Le centre hospitalier de 1969

Face au risque de l'hôpital, le maire Emmanuel Rain réussit à obtenir son maintien mais aussi sa modernisation.

Au début le centre hospitalier ne comporte que 660 lits et double sa capacité lors d'une seconde phase de travaux.

Le forte urbanisation du bassin résidentiel autour de Gonesse et dans Gonesse même a permis de faire accepter les travaux.

L'hôpital de 1841 était devenu vetuste et ne convenait plus ni aux critères d'acceuil (nombre de lits, nombre de personnes par salle...) ni aux critères des nouvelles technologies médicales.

Différentes unités sont construites entre 1969 et 2009 comme la maternité, le pavillon IMC ou les urgences médicales.

À la fin de l’exercice 2011, l’établissement comptait 292 lits et places en médecine, 34 pour les spécialités coûteuses, 108 pour la chirurgie et les spécialités, 56 en gynécologie et 20 pour la médecine d’urgence, soit un total de 510 lits et places en MCO. En outre, il disposait de 180 places en psychiatrie et de 174 lits et places pour les soins de suite et de réadaptation (répartis entre les SSR de l’appareil locomoteur, les SSR des maladies du système nerveux et les SSR gériatriques). L’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) long séjour comptait 120 places et la maison de retraite, 88 places.

Le territoire de santé auquel l’établissement appartient est constitué de 11 communes (dont Gonesse, Sarcelles, Goussainville, Garches et Villiers-le-Bel) peuplées de plus de 250 000 habitants.

La construction d’un nouvel hôpital, décidée en 2001 et commencée fin 2010, répond à une double nécessité : d'une part, le caractère obsolète de certaines installations et les conditions d’accueil des patients, devenues trop éloignées des standards actuels en la matière. C'est le moins que l on dire , les chambres ne disposent pas de toilettes , il faut aller dans le couloir , Une autre époque!!!!

Le nouvel hôpital devait compter 640 lits et places, 3 000 locaux, 8 blocs opératoires, 2 blocs obstétriques et 1 pôle mère-enfant, doté d’un service de néo-natalité. Il devait être réceptionné au deuxième trimestre 2014.

l'hopital a pris beaucoup de retard

De source médicale , peu avant les regionales , on a découvert que les portes étaient trop étroites , mais cela a été étouffé .

Il est impossible de faire circuler les lits médicalisés , ( ce serait une erreur de conception due à l'architecte )

Donc il faut casser toutes les portes les refaire aux normes , cela retarde l 'ouverture et a un coup non négligeable

Après bien des déboires liés au dépôt de bilan de l’une des sociétés chargées de sa construction, le futur hôpital de Gonesse ouvrira ses portes en juin 2016, non loin de l’hôpital actuel qui avait été construit en 1969.

Le premier semestre de 2016 devrait être donc le temps du déménagement, pour transférer le matériel et installer les 520 lits sur les 80 000 m2 de surface de ce futur hôpital qui devrait donc ouvrir en juin 2016.

Quant à l’actuel vieux bâtiment de 50 000 m2, il devrait logiquement être voué à la démolition

Au final

1969 660 lits avant travaux

1320 lits aprés travaux

2011 510 lits

le nouvel hopital devait compter 640 lits, finalement ce sera 520!!!!

Le territoire de santé auquel l’établissement appartient est constitué de 11 communes (dont Gonesse, Sarcelles, Goussainville, Garches et Villiers-le-Bel) peuplées au total de plus de 250 000 habitants. cela a plus que doublé depuis 1969

mais le nombre de lits est divisé par 2 . Cherchez l'erreur ......

Et dans le même temps ......

Goussainville est en désert médical comme d'autrs communes du secteur L’afflux de patients de Villiers-le-Bel préoccupe l’hôpital de Gonesse

Partager cet article

Repost 0