Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photo : Conseil régional, 35, boulevard des Invalides, Paris 7e © Pierre-Yves Brunaud/Picturetank

Photo : Conseil régional, 35, boulevard des Invalides, Paris 7e © Pierre-Yves Brunaud/Picturetank

Accessibilité, sécurité, rapport qualité-prix… Réuni par Marie-Carole Ciuntu, vice-présidente du Conseil régional en charge de l'Administration générale, le Comité d'hygiène et de sécurité a voté ce 29 mars les critères auxquels devra répondre le futur site de l’hôtel de Région.

Voté en assemblée plénière le 21 janvier, le processus de déménagement du siège du Conseil régional d'Île-de-France vient de franchir une nouvelle étape. Le Comité d'hygiène et de sécurité (CHSCT), réuni par Marie-Carole Ciuntu, vice-présidente du Conseil régional en charge de l'Administration générale, a voté, ce 29 mars, les critères préalables au choix du futur site.

Ces critères (détaillés dans l'encadré ci-dessous) portent notamment sur l’accessibilité du site, sa sécurité, sa disponibilité, son rapport qualité-prix, mais aussi sur différentes caractéristiques relatives aux bâtiments et à son environnement.

Une étude approfondie va désormais être menée, avec un prestataire extérieur à la Région, qui doit accompagner le Conseil régional dans le processus de sélection d’un site. Son but : déterminer lesquels des 39 sites identifiés à ce jour par Thierry Meignen, Délégué spécial au déménagement, répondent aux critères retenus. Ce qui aboutira dès avril à une sélection de 3 à 5 sites. Les organisations syndicales les visiteront d’ici au Comité technique (CT) et au Comité d'hygiène et de sécurité (CHSCT) du 17 mai, au cours desquels elles pourront exprimer leurs remarques. Ce n’est qu’après les avoir entendues que la présidente de la Région décidera du futur lieu d'implantation de l'hôtel de Région.

De nouveaux locaux mieux adaptés et un décloisonnement des services régionaux

Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d'Île-de-France, s'était engagée pendant sa campagne à déménager le siège du Conseil régional au-delà du périphérique, symbole de la nécessité d'un rééquilibrage à l'est. Ce déménagement est également nécessaire pour moderniser le fonctionnement des services de la Région et les décloisonner, mais aussi pour doter le Conseil régional d'une administration dynamique, respectueuse des normes environnementales, technologiques et d'accessibilité.Le regroupement des agents et des élus sur un même site permettra de réaliser des économies compte tenu des 26 millions d'euros de loyers payés chaque année.

La liste des 16 critères retenus par le CHSCT ce 29 mars :

• Accessibilité du site :
- caractère multimodal d'accès au site (métro, RER, bus, tramway, voiture, etc.) et temps de trajet à pied depuis les stations de transport en commun le desservant ;
- accessibilité du site dans un temps raisonnable depuis les six gares parisiennes (Saint-Lazare, Montparnasse, Austerlitz, gare de Lyon, gare du Nord, gare de l'Est) ;
- accessibilité du site (voies d'accès) et des bâtiments aux personnes handicapées ;
- proximité avec les sites des grands partenaires de la Région.

• Sécurité du site :
- sécurité du site et de ses abords (accès au site sécurisé pour les agents et les visiteurs) ;
- sécurité de l'environnement du site (risque environnemental ; ex. : PPRI (Plan de prévention du risque inondation), etc.).

• Bâtiments :
- nombre de mètres carrés par agent concerné par le déménagement ;
- possibilité de bénéficier d'un hémicycle à proximité immédiate ;
- qualité du réseau numérique ;
- qualité architecturale et environnementale ;
- perspectives d'évolution des projets d'implantation ;
- superficie et aménagement des espaces collectifs :
- parking pouvant accueillir la flotte des véhicules région, les véhicules des agents, des bornes de recharge pour véhicules électriques, des deux-roues ; espace « covoiturage »... ;
- espace de restauration collective prévu pour accueillir plus de 2.000 agents et cafétéria ;
- salle polyvalente et multimodale.

• Environnement du site :
- présence de services et commerces de proximité afin de favoriser l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée (bâtiments à proximité d'une zone accueillant commerces, services publics, infrastructures sportives, centres médicaux, etc.) ;
- insertion dans un tissu urbain accueillant.

• Éléments financiers :
- rapport qualité / prix des projets.

• Calendrier du projet :
- date de disponibilité du site et des bâtiments.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :